E giuvanotte ricusanu d’ingolà a pillula

 

U numeru di giuvanotte chì utiliseghjanu a cuntracezzione urale hà calatu più chè bè l’annu passatu, passendu di 50 à 41% (sciffri naziunali). 

Chì ne sarà a ragione ? Ne pudemu truvà duie. A prima tocca u periculu suppostu ingiru à e pillule di terza è quarta generazione, dop’à a pulemica nant’à u risicu di trombose venose per quelle chì ne piglienu. Stu dibattitu mediaticu hà toccu assai e donne chì paliseghjanu avè dubbitatu di l’efficacità di stu modu di cuntracezzione : una donna nant’à cinque dichjare avè scambiatu di tippu di cuntracezzione dop’à issa pulemica. U sterilettu, e cappotte, è ancu l’astinenza in tempu d’ovulazione o u ritiru : parechji sò l’altri modi privilegiati da a pupulazione.

 Ma sì e femine sò menu avvezze à ingolà e pillule, ghjè dinù perchè u prezzu ferme caru è chì u livellu di vita hà calatu. Ritruvemu dunque, aldilà di u fattu sanitariu, una ragione simpliciamente economica chì impedisce e giuvanotte di piglià ste medicine ch’elle anu tantu riclamatu à un’epica micca cusì landana. L’ugualità davant’à a cuntracezzione sarà rimessa in causa ?

Surgente : futura science

Le nombre de jeunes femmes utilisant la contraception orale a fortement baissé en 2013, passant de 50 à 41% (statistiques nationales). 

Pour quelles raisons ? Tout d’abord le danger supposé autour des pilules de 3e et 4e génération, après la polémique sur le risque de thromboses veineuses pour les consommatrices. Ce débat médiatique a beaucoup marqué les femmes, qui avouent avoir avoué de l’efficacité de ce mode de contraception. Une femme sur cinq déclare avoir changé de mode de contraception après cette polémique. Le stérilet, les préservatifs, et même l’abstinence périodique ou le retrait : beaucoup d’autres méthodes sont privilégiés par la population.

Mais si les femmes ne veulent plus avaler la pilule, c’est aussi parce que leur prix reste très élevé et que le pouvoir d’achat n’est pas au beau fixe. On retrouve donc, au delà du fait sanitaire, une raison simplement économique qui empêche les jeunes filles d’utiliser cette pilule tant réclamée à une époque pas si loitaine. L’égalité devant la contraception est-elle remise en cause ?

Source: futura science

Articles en relation