A ricerca ingiru à u SIDA cuntinueghja i so prugressi

 

Di ghjennaghju scorsu, una squadra di l’uspitale di a Timone in Marseglia annunziava l’iniziu d’una prova clinica da pruvà un vaccinu novu contr’à u SIDA. U so bersagliu hè a proteina di u virus, chjamata Tat, chì favuriseghja a multiplicazione virale è para a risposta immunitaria. U so scopu hè di fà pruduce, da u sistema immunitariu, anticorpi chì pareranu Tat è permetteranu un’eliminazione di e cellule infettate da u VIH. Dop’à a prima fasa di e prove cliniche, realisate nant’à 48 pacienti serupusitivi, nisuna tuccizità fù vista. Una sucietà di biotecnulugia basata ind’è l’Alpe Maritime hè à l’origine di issu prugettu. A brama d’un vaccinu contr’à u VIH ingranda ogni ghjornu è diventerà da quì à pocu una realità. U vaccinu hà mustratu una bella tuleranza è a s’efficacità deve esse, avà, evaluata. In a siconda fasa, i circatori anu da circà à determinà a dosa efficace nant’à i pacienti. Ma issu vaccinu ùn puderà rimpiazzà e triterapie. Esisterà da stimulà a risposta immunitaria è aiutà i pacienti à avè un cuntrollu di u virus. I prumutorii di a prova parenu quantunque assai cunfidenti è parlanu digià di cummercialisazione.

En janvier 2013, une équipe de l’hôpital de la Timone à Marseille annonçait le lancement d’un essai clinique pour tester un vaccin thérapeutique contre le virus du Sida. Il cible une protéine du virus, appelée Tat, qui favorise la multiplication virale et bloque la réponse immunitaire. Son objectif est de faire produire par le système immunitaire des anticorps qui neutralisent Tat et de permettre l’élimination des cellules infectées par le VIH. À l’issue de la phase I des essais cliniques, réalisée sur 48 patients séropositifs, aucune toxicité n’a été observée. Une société de biotechnologie basée dans les Alpes-Maritimes à l’origine du projet. L’espoir d’un vaccin contre le VIH grandit et va bientôt devenir réalité. Le vaccin a montré une bonne tolérance et son efficacité doit désormais être évaluée. Dans la phase II, les chercheurs vont tenter de déterminer la dose efficace sur ces mêmes patients. Toutefois, ce vaccin ne pourra pas remplacer à terme les trithérapies. Il est là pour stimuler la réponse immunitaire et aider les patients à avoir un meilleur contrôle du virus.  Les promoteurs de l’essai se montrent cependant très optimistes et évoquent déjà la phase de commercialisation.

Articles en relation