Sida et IST : prévenir et se soigner

Télécharger la fiche au format PDF

En France, de nombreuses personnes vivent encore sans le savoir avec le virus du sida. Très médiatisée, cette maladie n’est cependant pas la seule infection sexuellement transmissible (IST). Pour limiter les risques, une seule consigne : utilisez des préservatifs ! En cas de doute, parlez-en à votre médecin ou ayez recours aux tests de dépistage, anonymes et gratuits.

Sommaire

Sida et IST : définitions
Se protéger
Vivre avec le SIDA
Carnet d’adresses

Sida et IST : définitions

Le sida, c’est quoi ?

Le sida est une maladie due au VIH (virus de l’immunodéficience humaine). Le VIH détruit graduellement la fonction de défense du système immunitaire, rendant le corps vulnérable à toutes les infections, notamment les plus banales. Une personne atteinte par le VIH, malade ou non, reste indéfiniment porteuse du virus et en situation de pouvoir le transmettre.

Modes de transmission

Le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, le placenta et le lait maternel sont les seuls véhicules possibles du VIH. Le virus se transmet essentiellement lors d’un rapport sexuel sans préservatif. Le partage de seringues hypodermiques entre usagers de drogues est un autre mode de transmission du sida. Le sida peut également se transmettre de la mère à l’enfant, pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement.
Ni la salive (à moins d’une lésion importante de la muqueuse buccale), ni les contacts directs (accolade, poignée de main), ni l’air ne peuvent transmettre l’infection.

De la séropositivité au sida

Lorsqu’une personne est contaminée par le VIH, le virus se multiplie et se diffuse très rapidement dans l’organisme. Cela se manifeste par de la fièvre, des irruptions cutanées, des diarrhées et des ganglions. Ces symptômes disparaissent en une quinzaine de jours. Quelques semaines plus tard, les anticorps produits par le corps pour se défendre contre le virus sont décelables dans le sang : la personne est alors séropositive.
L’infection par le VIH a la particularité de pouvoir rester invisible pendant plusieurs années. Dès la contamination, les personnes séropositives peuvent transmettre le virus, mais ne présentent aucun signe apparent de la maladie. Le seul moyen de savoir si l’on est séropositif au VIH est donc de faire un test de dépistage.

Une IST, c’est quoi ?

Une IST est une infection sexuellement transmissible. Elle est provoquée par des bactéries, des virus, des champignons ou des parasites. Elle se manifeste par une atteinte des organes génitaux ou par une infection généralisée.

Modes de transmission

Comme leur nom l’indique, les IST se transmettent au cours des relations sexuelles. Certaines d’entre elles, comme l’infection par le VIH, l’hépatite B et parfois la syphilis, peuvent également se transmettre par le sang (piqûre avec une aiguille souillée lors d’une injection de drogue, accident chez un professionnel de santé…).

Symptômes

La plupart des IST sont repérables à certains symptômes : brûlures en urinant (surtout chez l’homme, dans les blennorragies ou les chlamydioses), boutons ou ulcération des organes génitaux, sécrétions anormales au niveau du sexe, verrues. Beaucoup de ces signes peuvent disparaître spontanément avant de resurgir plus tard, parfois sous une forme différente (comme dans la syphilis, par exemple). Si vous constatez de tels symptômes sur votre corps ou sur celui de votre partenaire, consultez rapidement un médecin, qui vous proposera un traitement.
Attention aux hépatites, qui ne provoquent aucun symptôme chez les porteurs ! 50 % des personnes infectées par une hépatite l’ignorent. Il est très important de se faire dépister non seulement pour éviter de contaminer son/sa/ses partenaire(s), mais aussi pour que la maladie n’évolue pas en cirrhose ou en cancer.

Se soigner

Toutes les IST se soignent, et, pour la plupart d’entre elles, avec des traitements très simples. Presque toutes les IST peuvent guérir sans laisser de séquelles. Attention : dans la mesure où la plupart des IST se transmettent lors de rapports sexuels, il est insuffisant de se faire dépister et suivre un traitement seul. Pour bien détecter et traiter une IST, il faut impliquer son ou ses partenaires, même si aucun symptôme n’a été détecté. Dans le cas contraire, votre partenaire risque de rester porteur de l’IST et ainsi de vous la retransmettre.

Contre l’hépatite B, il existe un vaccin remboursé par la Sécurité sociale, des traitements pour contenir l’évolution de la maladie, mais pas de traitement radical. Contre l’hépatite C, il n’y a pas encore de vaccin, mais des traitements antiviraux. (Voir la liste 2 du carnet d’adresses)

Se protéger

Pour se protéger du sida et des autres IST, l’utilisation d’un préservatif (masculin ou féminin) à chaque rapport à risque est obligatoire !

Les préservatifs masculin et féminin protègent du sida et des IST et préviennent des risques de grossesse non désirée. Ils sont la solution la plus efficace pour les personnes sexuellement actives qui souhaitent limiter au maximum les risques. La fiabilité des préservatifs n’atteint pas 100 % mais les études montrent que ce manque de fiabilité provient principalement d’une mauvaise pose du préservatif.

N’achetez que des préservatifs estampillés « NF » et soyez vigilant quant à leur date d’expiration : au-delà, ils peuvent devenir poreux et fragiles ! De même, si vous utilisez un gel lubrifiant, prenez une formule compatible avec les préservatifs en latex (sans corps gras).

 Le test de dépistage

Avec le préservatif, le test de dépistage est la deuxième arme contre le sida et l’ensemble des IST. La plupart des transmissions d’IST sont le fait de personnes qui ignorent qu’elles sont porteuses. Le dépistage vous permet de savoir où vous en êtes, quels risques vous courez et quels risques vous faites courir à vos partenaires.

Si vous n’avez pas de partenaire fixe, faites régulièrement un test de dépistage, même si vous utilisez des préservatifs. Parlez-en à votre médecin traitant ou contactez Sida Info Service pour déterminer le bon moment pour le faire, en fonction des risques que vous auriez pu prendre.

Si vous êtes en couple et que vous avez donc un partenaire fixe, vous devez tous les deux faire un test si vous voulez vous passer de préservatifs. Pour que les résultats soient totalement fiables, il faut que 3 mois au moins se soient écoulés depuis vos derniers rapports non protégés avec un ancien partenaire. Pensez aussi à une autre méthode contraceptive pour éviter les grossesses non désirées.

Pour effectuer un test de dépistage, rendez-vous dans un centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG). Ces établissements sont habilités à effectuer le dépistage du sida, des hépatites B et C et, pour certains, d’autres IST. Vous y rencontrerez un médecin avec qui vous pourrez parler des risques pris, poser des questions sur le VIH, les hépatites et les IST. Les résultats du test sont rendus en personne, environ une semaine après la prise de sang. (Voir la liste 2 du carnet d’adresses)

Si vous passez par votre médecin traitant, il vous orientera vers un laboratoire qui effectuera un prélèvement et une analyse. L’analyse est remboursée à 100 % par la Sécurité sociale, mais la consultation et le prélèvement ne le sont qu’en partie.

Le traitement d’urgence

Vous venez d’être confronté(e) à une situation à risque (par exemple, relation non protégée avec une personne porteuse du virus, injection de drogue avec une seringue non stérile…) ? Rendez-vous d’urgence (si possible dans les 4 premières heures, au plus tard dans les 48 heures) dans un service hospitalier spécialisé où une consultation de dépistage peut vous être proposée. Un traitement immédiat d’un mois diminue de 80 % le risque de contamination. (Voir la liste 3 du carnet d’adresses)

Vivre avec le sida

Vivre avec le VIH affecte non seulement l’état de santé, mais aussi l’équilibre personnel. Heureusement, des progrès énormes ont été accomplis en matière de traitements pour permettre de vivre mieux et plus longtemps avec le virus. Pour en parler, comprendre et réagir, contactez les associations spécialisées.

La recherche a accompli des progrès notables en matière de traitements, mais on ne guérit pas du sida. Les chiffres concernant la progression de l’épidémie témoignent d’un relâchement de la vigilance, notamment chez les jeunes. Soyez d’autant plus prudent que de nombreuses personnes ne savent pas qu’elles sont séropositives : on estime leur nombre à environ 50 000 en France !

Les traitements ont plusieurs objectifs : abaisser au maximum la charge virale (quantité de virus dans le sang), prévenir les résistances du virus aux médicaments et restaurer ou maintenir le bon fonctionnement du système immunitaire.

Très contraignants au quotidien, les traitements ont souvent des effets secondaires pénibles et doivent être considérés comme des traitements à vie. Par ailleurs, pour un certain nombre de patients, il arrive que la médication devienne inefficace, laissant alors le virus se développer de nouveau.

Les personnes séropositives bénéficient d’une prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale pour les soins liés à l’infection par le VIH.

Il n’existe pas de texte de loi concernant exclusivement le sida, ce qui signifie que les séropositifs et les malades du sida jouissent des mêmes droits que n’importe qui. En aucun cas leur état de santé ne peut jouer en leur défaveur.

Pour faire face à la maladie, il est important de pouvoir en parler. Associations et structures publiques apportent un soutien psychologique et permettent de partager son expérience et ses difficultés avec des professionnels et des personnes qui ont été ou sont dans la même situation.

(Voir les listes 4 et 5 du carnet d’adresses)

Carnet d’adresses

Liste 2 : Consultations de dépistage du sida et des IST

Les CDAG assurent le dépistage anonyme et gratuit du VIH et de l’hépatite C. Les plannings familiaux proposent également le dépistage. Les centres d’information, de dépistage et de diagnostic des infections sexuellement transmissibles (CIDDIST) proposent des consultations médicales anonymes et gratuites sur les IST. Un traitement peut être délivré gratuitement.

 Haute Corse

Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit
Centre Hospitalier de Falconaja
Route impériale
20200 Bastia
Tél. 04.95.59.18.26

Planning familial de Bastia
Maison des services publics
6 rue François Vittori Lupino
20600 Bastia
Tél. 04 95 55 06 68

 Corse du Sud

Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit

Centre Hospitalier Notre Dame de la Miséricorde
Service infectiologie – 5ème étage
Boulevard Pascal Rossini
20000 Ajaccio
Tél. 04.95.29.63.03

Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit (CDAG) / (CIDDIST)
18 boulevard Lantivy
20000 Ajaccio
Tél. 04 95 29 15 90

Les CPEF du Conseil Général de Corse de Sud assurent également l’accueil concernant le dépistage. Le médecin délivre une ordonnance, l’infirmière du CPEF effectue le prélèvement sanguin et les analyses sont effectuées au laboratoire du Conseil Général à Ajaccio.

Centre de planification d’Ajaccio
18 Bd Lantivy
20000 Ajaccio
Tél. 04.95.29.80.80

Centre de planification de Sartène
20, cours Sœur Amélie
20100 Sartène
Tel : 04.95.74.90.15
> Consultations mercredi après-midi de 13h30 à 17h00

Centre de planification de Propriano
23 rue général de Gaulle
20 110 Propriano
Tel : 04.95.76.09.42
> Consultations tous les 15 jours mardi après-midi 13h30 à 17h00

Centre de planification de Porto-Vecchio
6, place de l’hôtel de ville
20137 Porto-Vecchio
Tel : 04.20.20.21.10

Liste 3 – Structures régionales pour le traitement d’urgence

Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit
Centre Hospitalier de Falconaja
Route impériale
20200 Bastia
Tél. 04.95.59.18.26

Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit
Centre Hospitalier Notre Dame de la Miséricorde
Service infectiologie – 5ème étage
Boulevard Pascal Rossini
20000 Ajaccio
Tél. 04.95.29.63.03

Liste 4 : Associations régionales ( prévention et orientation )

Association Aiutu Corsu
Boulevard Pascal Rossini BP64
20000 Ajaccio
Tél. 04.95.29.94.29

Association Corsica Sida
Résidence « Les Colombes » Impasse Candia
20090 Ajaccio
Tél. 04.95.20.25.88

 

Liste 5 : Services d’aide et d’écoute

Les associations d’aide et les services d’écoute téléphonique proposent information et soutien aux personnes malades du sida et à leur entourage.

 

Aides
Tél. 0805 160 011
www.aides.org

Ecoute, accueil et soutient des personnes atteintes par le virus du sida et leurs proches : réponses aux difficultés médicales, soutien juridique et social pour accès au droit ou à l’emploi, aides matérielles et psychologiques, publication et mise à disposition de documentation.

 

Sida Info Droit
Tél. 0810 636 636 (prix d’un appel local)
www.sida-info-service.org

Ligne téléphonique nationale répondant aux questions juridiques et sociales en rapport avec le sida et les hépatites. Du lundi au vendredi de 14h à 20h.

 

Sida Info Service
Tél. 0800 840 800 (gratuit d’un poste fixe)
www.sida-info-service.org

Information, soutien, orientation, prévention sur le VIH/sida et les infections sexuellement transmissibles.


Liste 6 : Réseau IJ

CRIJ Corse
9, rue César Campinchi
20200 Bastia
Tél. 04 95 32 12 13
contact@crij-corse.fr

BIJ de Corte
7, rue Colonel Ferracci
20250 Corte
Tél. 04 95 61 14 36

PIJ du Fium’orbu
BP 61 20240 Ghisonaccia
Tél. 04 95 56 10 89
afarif@wanadoo.fr

PIJ de Folelli
RN 198 20213 Folelli
Tél. 04 95 36 92 70
pij.folelli@laposte.net

CRIJ Corse Antenne d’Ajaccio
71, cours Napoléon
20000 Ajaccio
Tél. 04 95 22 68 42
crij-ajaccio@wanadoo.fr

PIJ U Liamu Gravunincu
Lieu-dit Facciata Rossa
20167 Peri
Tél. 04 95 53 72 00

Articles en relation